mardi 19 octobre 2010

Des fantômes de Bodie...

Bodie fait partie de ces villes fantômes telles qu’on les imagine dans les livres touristiques sur les US. Celle-ci est apparemment une des plus symptomatiques de Californie. De l’or, beaucoup d’or a été ici extrait. Et puis progressivement, plus rien. Les habitants sont partis, le decor est resté, étonamment intact jusqu'à ce que les autorités en mesurent la valeur patrimoniale.

Entre le départ de la dernière âme et la muséeification, rien : juste de la poussière qui s’accumule dans les maisons, et de la rouille qui ronge les outils laissés ça et là.

 
En ce petit matin gris d’automne, ce qui reste de la ville est rendu à son calme et nous nous coulons aisément parmi les fantomes qui errent en attendant l’hypothétique ouverture du Saloon.

Cet endroit est terrible. Le voir comme un musée serait oublier la réalité de ce qui s’est joué en ces lieux en accéléré. Le voir comme la caricature d’un modèle de développement voué à la chute -la nôtre ?- est terrifiant.  J’avais déjà traversé un village fantome sur la cote Est du Groenland en 2008 (Cap Hope, quel nom prédestiné !) mais ici, les stigmates de la chute sont encore plus criant.

Bodie une ville fantome ? Assurément. Mais plus tard, quand nous traverserons Goldfield (!) , sur la route de Vegas, on se dit que dans quelques années celle ci ne vaudra à peine mieux que Bodie. Il y aurait donc une morale ? Le feu de paille allumé par cette soudaine prosperité ne saurait faire illusion et l’herbe sauvage finirait par l’emporter sur la cupidité ? bof bof : à quelques encablures de la, l’illusion de Las Vegas fonctionne a merveille, bien loin de la morale, et même l’herbe sauvage y a été soudoyée, mue en vulgaire gazon survitaminé.
 


 J’aimerais que Bodie préfigure ce que Las Vegas sera dans un siecle. Mais je n’y crois pas. Entre temps, on fera un drole de voyage dans le temps a déambuler entre les bicoques de bois de Bodie. Décor presque destroy, suspendu.

Etonnant


Aucun commentaire: