dimanche 2 décembre 2007

Mont Pellard, couloir nord ouest

Innatendue que cette journée... Innatendue mais oh combien délicieuse! Jo, Lio et Manu m'embarquent avec eux vers les aiguilles d'Arves.



Nous filons vers Le Chalmieu. J'étais venu là l'année dernière avec Nounours et Carine, et c'est vrai que la route monte jusqu'a 1800m, et débouche sur des prés tout dodus d'herbes grasses, détail important quand la neige n'est pas abondante. Bon plan donc!



La montée démarre tranquille, dans une neige maintenue bien froide sur ces douces pentes orientées nord. Le soleil n'est ici pas franchement pesant. Un petit coup d'oeil en face sur la crête de Chenallin et ces beaux petits couloirs...il faudra revenir un jour de
grosse neige.


A propos de grosse neige : tiens c'est drôle, toutes les pentes nord ouest sont en grosse et grassse neige, en poudre bien froide comme on aime. Comme si le vent violent n'avait ici jamais eu prise... Soit!


Nous skierons donc en Nord Ouest ; faut pas contrarier dame nature


Et c'est parti! Skis sur le sac, comme on aime, nous partons titiller un petit couloir qui remonte en face nord ouest du Mont Pellard. Celui-ci est rempli à souhait, et c'est tout heureux que nous brassons jusqu'a mi cuisse. Début de saison, les remontées de couloirs sont toujours un peu plus lourdes qu'au printemps. Les cuisses ont oublié ;o)







Ca monte, ça monte, la poudreuse nous déborde de partout. Un pic nic sur le versant Est, abrité du vent, et nous replongeons aussi sec dans ce couloir qui n'attend que nous.



Poudre froide, poudre légère, poudre abondante.









Allez : confessons que sur 50 mètres, on ne se lache pas trop car les pierres ne sont pas loin. Ce qui est bien, c'est que ça oblige à mettre les skis dans l'axe de la pente... Yahoooooo, banzaï!








La suite n'est qu'une indicible orgie. Les pentes ouvertes du pied de la face nous tendent les bras. Ca tombe bien : guidé par une bonne étoile, j'ai cette fois pris mes vrais skis et laissé les skis cailloux à Grenoble. Je me régale de les retrouver

Ci contre, notre couloir qui débouche au col sur la crête. Sous la flèche rouge, pour les bons yeux, on devine les restes de l'orgie :o))))

Un beau coin, sauvage, une vue splendide sur l'envers (?) des Aiguilles d'Arve, personne dans les pentes, et une super neige inespérée : merci Jo, Lio et Manu d'avoir fait mieux que "sauver" ma journée. Et au passage, un curieux nom donné à cette brèche non dénommée sur la carte IGN : "la brèche de la truelle"... Mais c'est quoi ce nom débile???? Manu, tu as la réponse? ;o)