jeudi 22 juillet 2010

Dans un écrin doré


Fantastique!

Se peut-il qu'il fut caché ici, le plus beau spot d'escalade du massif du Mont Blanc?

Aiguilles Dorées, face sud...









Un vaste cirque sud, gorgé d'un soleil cuisant et recuisant à foison le granite alentours, une "cabane" comme seuls les Suisses savent en proposer, un calme absolu loin des hélicos et autres bruyants coucous habituels du massif : bienvenue à l'envers des Dorées pour une splendide semaine d'escalade.


J'etais venu passer quelques jours dans cet endroit, il y a des années: Je gardais un souvenir ému de l'ambiance du lieu et de la qualité du granite alentours. Depuis tout ce temps je projetais ce retour, incontournable. Armés de 6 jours de nourriture et de camalots trépignants, Ju, Figolu et moi montons nous y ressourcer à la faveur de ce beau mois de juillet.


Ce lieu, meme en plein juillet, reste miraculeusement calme. Ici, il faudra le vouloir pour trouver du monde dans les voies. Approche longue ou sejour dans cette cabane non gardee, il faut choisir et ceci dissuade apparemment pas mal de grimpeurs. Tant mieux pour nous.

Le meilleur accès me semble être de partir de Champex, ou le télésiège de la Breya permet d'économiser quelques centaines de mètres de la longue marche précédant le bonheur... Du haut du télésiège, bien chargés, nous mettons 4 heures pour rejoindre la cabane.

Celle-ci se divise en deux parties : l'une, soumise à réservation, propose tout le confort Suisse sauf la nourriture. De quoi cuisiner, dormir, se prélasser... le nec plus ultra? dans le plancher, une trappe. Sous la trappe, une cave. Dans la cave, des frigos. Dans les frigos, au choix . Bière? Rouge? Blanc? j'aime les suisses!!! Il faut prendre la clé dans la vallée pour accéder à cette partie de la cabane. L'autre partie, plus calssique, es tun bivouac avec couchage. Grimpe difficle ou grimpe facile? Rando glaciaire d'été ou à ski de printemps, une visite s'impose.







Pour réserver et payer, vous trouverez toutes les infos ici.
















Nous, un peu hors du temps, nous serons les passagers de cet abri quelques nuits durant. Au calme, au si bon calme de la montagne...

Et l'escalade alors, et l'escalade?

Ahhh, l'escalade... Un rocher incroyable, comme je n'avais pas encore rencontré dans le Mont Blanc : des taffonis corses, des fissures dignes d'Indian Creek, des knobs du Grand Capucin... Comment vous dire ça??? Des voies exceptionnelles, tout simplement, qui remisent assez loin au classement pas mal de spots du massif. Et encore une fois, encore une fois, l'oeuvre du génial Michel Piola, signant ici des lignes d'un esthétisme et d'une intelligence remarquables. Merci à toi pour ces cadeaux, merci 1000 fois.


La suite sera en images, au travers des 4 voies parcourues ce séjour.


Il y aurait dû en avoir une cinquième, sur le retour, au petit Yosemite local alias le petit clocher du Portalet... Et puis pour cause de Sportiva volatile, nous nous contenterons d'une et une seule longueur dans ce monolithe ahurissant, avec déjà des idées sur ce que nous y ferons et ou nous bivouaquerons pour notre prochain séjour.

Allez,quelques compte rendus ci-dessous...

Aucun commentaire: