jeudi 7 mars 2013

Grand ski au Grand Coin

Vive les boucles intelligentes! 
Quand les montées sont suspendues, au soleil, et que les descentes sont sauvages et bien orientées, il y a la quelques ingrédients pour une belle boucle à ski.

Le Grand Coin est une montagne heureuse : perchée dans cette Maurienne d'entre deux, ni la basse vallée  vampirisée par les centres urbains tout proches, ni la haute vallée déjà presque touristique. 
Ici, seul le chien qui jappe trouble le calme des hameaux perchés.


 Parking à Montpascal, dans l'épingle 1474. 
On remonte les pentes sud qui mènent à l'Alpettaz sur une neige du matin en béton armé, avec quelques touffes d'herbes ça et là... 
Tiens donc, le printemps pointerait il le bout du nez?


Nous montons tranquillement par la "voie normale" et la crête de Coin Lognan.


Itinéraire classique mais oh combien esthétique. 
J'avais en tête une petite incursion en face nord-est avant de rebasculer versant Maurienne, mais une solide -ou non- corniche défend les accès là où les pentes seraient skiables. Ailleurs, des rochers affleurent. 
Pas grave, le versant sud-ouest nous tend ses pentes.
Vierges, bien entendu.


Une consultation préalable du Shasha confirmait que ça passe. Et puis surtout les coups d'oeil vus d'en face, à la montée, confirment bien la chose : ça va être tout bon.


Orgie de neige froide au soleil de la première à la dernière courbe.
Vive les versants sud ouest en milieu d'hiver. La voiture en ligne de mire tout du long, dans l'épingle de la route visible en face.


 Nous prenons d'abord l'option "épaule" puis plongeons pour l'option "half pipe". 


Un peu joueurs, nous restons dans le pipe jusqu'à sa limite inférieure, à 2050m. On s'en échappe avant les verrous rocheux par une sortie en rive gauche, juste en amont d'une pyramide caractéristique.


Grande traversée à gauche dans des pentes où il vaut véritablement mieux que les conditions nivologiques soient parfaites, puis feu jusqu'en bas. A 1650m., une piste bienvenue traverse en rive droite et ramène à la voiture sans même devoir pousser. 

Il est 13h00, 30 mn. plus tard nous sommes encore au soleil mais sur la terrasse du GAEC REMY, notre fille dans les bras, notre verre bien rempli, dur dur!

Aucun commentaire: