mardi 4 mai 2010

Granite !!!


Ha ha, qu’il est bon ce retour au granite du Mont Blanc ! Je savais de quoi j’aurais envie en allant la haut sous le soleil… La glace c’est bien, mais la protogyne… la protogyne… !

Les coinceurs sont là, bien sages, et admirent avec envie les fissures dorées de la face sud de l’aiguille du midi. Impossible de les retenir.





Une incroyable journée de soleil et de douceur, ou l’on grimpe en manches courtes a 3800m. d’altitude. Il est vrai qu’en regardant tomber la pluie d’un ciel bouche au moment ou j’écris ces lignes, cette journée me semble surréaliste. Et pourtant.

Oh pas d’ambition particulière, nous ne sommes que fin avril… Il faut réapprendre le granite, doucement, donc on gardera les 6c/7a pour plus tard. Allez, juste pour le plaisir du beau rocher
et du soleil estival.



Le plaisir sera altéré a la descente : au sortir de la fissure en « S » de la Rebuffat, la cliente d’un guide se fait laminer par un bloc de glace venu du haut de l’aiguille, d’on ne sait ou, et qui éclate juste au dessus d’elle. Elle reste prostrée en bout de corde, ne bougera plus, le secours s’organise. Tout le monde s’arrête, ca échange, ca se passe des infos, ca téléphone, ca s’envoie des bouts de corde. Pause : les funambules du PGHM sont a l’œuvre, le pilote de l’hélico impose sa maestria pour arracher la malheureuse d’une face quasi verticale. Urgence apparente. Je suis ému, souvenirs. Le guide et son deuxième client, très choqué, redescendent avec nous sur notre corde, la leur ayant été amputée pendant l’hélitreuillage. On sent la tension, le guide est tendu comme une corde de piano. Qu’il doit être dur pour lui de voir son client en sang se faire hélitreuiller. Quels sentiments doivent alors l’animer ?



Et bien sur, les « non hélitreuillés » devront mettre les bouchées quadruples pour malgré tout, rejoindre le haut de l’aiguille avant le départ de la dernière benne. Et oui puisque sauvetage ou pas, la dernière descente est a 17 heures vous comprenez ? Et on ne pourra pas attendre... Je repense aux magiciens du PGHM et intérieurement je vomis : les « « fonctionnaires » » sont-ils ceux que l’on croit ?

1 commentaire:

bo du4 a dit…

il a bien tourné cet hélico, j'étais probablement le même jour à la vallée noire (avec Tardivel en mode balade et Plake en mode ballet), et on a eu aussi droit à notre blessée et notre ventilateur (bcp moins grave apparemment, les journalistes font toujours les choses à moitié)