mardi 16 février 2010

Glace au val de Cogne


Nous avions avec Seb planifié il y a quelques temps déjà un séjour de grimpe hivernale, et j’avais proposé d’aller découvrir le val de Cogne. Je continuais par là-même mes découvertes successives des Alpes italiennes, réservoir de trésors cachés.


Au val de Cogne, ca grimpe : ce spot est connu et donc fréquenté. Il doit bien y avoir une raison à cela ! Cogne est un vieux village perché haut dans la vallée, à l’embranchement des deux vallées secondaires ou se trouvent les cascades : d’ un côté Valnontey, de l’autre Lillaz. Dans les deux cas, une route qui s’arrête, des pistes plus ou moins tracées qui mènent aux cascades, entre 30mn et 2 heures d’accès. Des raquettes pourront s'avérer fort utiles pour les approches si vous êtes les premiers à tracer.

Les cascades sont nombreuses, sans doute encore plus quand les conditions sont parfaites. Ca sent le haut niveau à plein nez, avec partout des falaises surplombantes du haut desquelles pendent d’improbables glaçons.
Sans nécessairement grimper du M8, on y trouve de quoi contenter les honnêtes grimpeurs que nous sommes. Ainsi pendant 6 jours, nous partons ici ou la grimper les classiques du coin. Les deux vallées se ressemblent, celle de Lillaz semble plus fréquentée. Ici on est un peu en altitude puisque Cogne est a plus de 1500m. d’altitude. Les cascades sont donc bien au dessus, comprenez : un froid très vif (-15 tous les matins ou presque, prévoyez des chaussures thermiques) et une glace parfois très dure. Parfois seulement car la grimpe autour de Cogne permet ce luxe sublime de grimper au soleil. La majorité des cascades sont soit sur des pentes ouest soit sur des pentes est. Il y en a donc pour les lève tôt comme les couche tard.




Ainsi parcourons-nous dans l’ordre : Sogno di Patagonia (5+), Tuborg (4), Cold Couloir (4+), Candelabro del Coyote (4+), Stella Artice avortée (5), Patri droite et gauche (4 / 5). J’ai trouve les cotations trompeuses : un 4 en glace béton armé est-il réellement plus facile qu’un 5 hyper sculpté où tout passe en crochetages ?





En tous cas une chose est certaine : les bons outils, en menuiserie ou en glace, ca change tout. Apres une semaine en monopointes et Nomics, je confirme que ces engins sont parfaitement redoutables et d’une efficacité démoniaque, que l’on soit expert ou débutant d’ailleurs. Il va m’être dur de revenir a mes Quarks, et je pense que l’hiver prochain j’investirai. Un reproche toutefois aux Nomics : manquent un marteau et un pic sous la poignée, on s’en rend très vite compte. Ajouter ces « accessoires » aux engins n’aurait rien couté à Petzl, n’aurait en rien nuit a la technicité des piolets et aurait vraiment été utile. Curieux choix…

Nomics ou pas, il y a de quoi se régaler là-bas. Nous avions choisi de loger à Cogne (et non pas à Lillaz comme le font la majorité des grimpeurs) et je ne regrette vraiment pas ce choix : outre le sauna et jaccuzzi qui nous attendaient tous les soirs, l’hôtel est dans un vrai et beau village, ou l’on peut gouter à l’ambiance du lieu, à la différence de Lillaz et Valnontey qui sont vraiment des trous perdus et ou, une fois en gite, il n’ y a plus rien d’autre à faire.


Et puis ne fréquenter que des touristes grimpeurs n’est pas passionnant. Je conseille donc vivement la Résidence Château Royal, ancienne résidence de chasse de Victor Emmanuel reconvertie en studios de location. Nous avons loué un studio pour 4 personnes à 500 euros la semaine. Rien à redire. Et puis le sauna (+bière glacée) après la cascade, c'est du ***.

A noter pour les amateurs, Cogne, Lillaz et Valnontey proposent de très belles pistes de ski de fond, dammées chaque soir, et qui serpentent dans les vallées entre les mélèzes au pied des cascades. La multi activité y est donc possible. Pour le ski de rando, l’encaissement des vallées ne facilite pas la chose et les sommets au dessus sont vraiment très hauts donc glaciaires. J’ai par contre repéré quelques très belles pentes (raides) à skier au printemps, je les garde précieusement en mémoire (et en photo ;o)
Voici donc quelques bribes de ce superbe séjour, dans un coin magnifique où je vous conseille d'aller un jour ou l'autre trainer vos lames (neuves!) ou vos skis.




Pour ma part, c'etait mes premières vacances "glace" , et même s'il fait bon retrouver les pentes ensoleillés pour du grand ski (et oui, on ne se refait pas... plus de détails dans un prochain post) c'est franchement agréable. On part du principe que la glace appelle la glace, et que, comme en rocher, plus on en bouffe et plus on a faim... Allez, merci les amis pour ces belles lignes gelées partagées, précédant de délicieux sauna/jacuzzi, précédant de généreux apéros accompagnés d'une programmation musicale toute "alsacienne", précédant des agappes gargantuesques, précédant des nuits réparatrices, précédant de belles lignes gelées partagées. La boucle se boucle.


Allez y : forza! la grimpe au soleil, c'est tout bon!



2 commentaires:

Bruno W a dit…

Arghhhh ! Ca donne trop envie !!!
Ca a l'air vraiment dément...

Anonyme a dit…

Trop fort ces glaciairistes!!!