lundi 23 février 2015

La poudre, le soleil, les mélèzes et les schtroumpfs

Un camp de base en hiver : les Roux, au fin fond du Queyras.
Alors que, pendant que les chez nous les dépressions farcissaient les préalpes de poudre bienfaitrice, là bas c'était vache maigre. 
Piteusement, nous nous apprêtions à quitter  l'abondance locale pour la disette haute alpine.

C'était sans compter sur le célebrissime "retour d'Est", et un poil de chance aussi.
L'avant veille du départ, vlan! le retour d'Est s'invite dans le haut queyras et farcit la frontière d' 1,50 mètres de fraiche. 
Arrêté du Préfet, route fermées, tractopelles en action, bref, le grand barnum.
A 18h00, les routes sont réouvertes. A 23 heures les premières étoiles brillent dans le ciel.
Le lendemain matin, le ciel est d'un bleu insolent et le restera toute une semaine.


Peut-on skier (en rando j'entends) en famille?
Avec de la motivation et de l'énergie, oui, bien entendu.
Et en choisissant plus que jamais les pentes, of course.


3 bébés, un petit gars et 4 parents, ça fait combien de skis?
Pas tant que ça, par contre ça fait du monde.
Le Queyras se prête à merveille a de petites sorties familiales mais néanmoins superbes.


Superbes car en regardant un peu les cartes, les montées au soleil se combinent toujours avec des mélezins restés froids. 
Ci dessus, Tilio et sa mère font parler les Atomic.


Superbes car familiales. 
Simon, 10 ans, à sa première trace.
Où l'on devine le plaisir d'un enfant d'accompagner son père vers ce qu'il aime.
Où l'on devine le plaisir d'un père de voir son fils tracer son chemin.



Est-ce inconscient?
Quand les choses sont bien préparées, je ne crois pas que ce le soit.
Est ce "bon" pour les enfants? 
D'être avec leurs parents, oui. D'être avec leurs parents dans ce qu'ils aiment, encore oui. 
De voir leurs parents heureux d'être ensemble, re-oui.
Avant qu'ils ne soient trop lourds pour être portés et en attendant qu'ils soient suffisamment grands pour se porter, profitons de ces quelques hivers où cette expérience est possible.

Je suis surpris de voir le nombre de parents skieurs qui n'emmènent pas / n'ont jamais emmené leurs petits découvrir cela. 
Savent ils seulement ce qu'ils ratent?
C'est sur que "s'échapper-en-laissant-maman-a-la-maison-avec-les-petits-car-c'est-tellement-mieux-pour-eux-et-surtout-pour-soi" est aussi un mode de faire...


Grâce à un loueur local qui a l'intelligence de proposer du matos de rando pour les enfants, nous passerons le plus clair de notre temps tous ensemble.
4 sorties, 4 belles promenades sur les "chamechaude" du coin, mais quasiment toujours à faire la trace, à la descente tout du moins.


Avec des hauts, avec des bas...
Pas toujours évident à 10 ans, même quand l'envie est là, de faire "comme les grands".


Les super papas ont toujours une solution : une sangle, deux sandows glanés dans le coffre et hop, direction les sommets.


Les joies...


les belles pentes...


... et les belles courbes.
Vive la rando en famille, les  belles réalisations ne se cotent pas forcément qu'en 5.4 E4...
 

Aucun commentaire: