mardi 6 mai 2014

Oisans de printemps

Ca m'arrive de moins en moins souvent : skier avec envie jusqu'au mois de mai, se lever pour cela à point d'heure et pire... accepter l'éventualité de ne pas chausser à la voiture.

Et pourtant, je sais que c'est bon. 
Il y a 10 ans, je skiais sans me forcer jusqu'en juin, les orages de printemps étant synonymes de neige collante sur les pentes raides : la saison du ski de pente
 pouvait alors commencer. 
N'ayant plus envie de laisser 2 orphelins et étant irrésistiblement attiré vers le rocher, je délaisse peu à peu cette pratique.

Reste le plaisir des contrastes du printemps, a fortiori quand l'hiver a été assez pauvre en sorties.
Et l'essentiel : la belle journée en bonne compagnie.


Direction l'Oisans, le bec de l'Homme skié il y a trop longtemps pour que j'ai l'impression d'une redite.
En très bonne compagnie, avec la DreamTeam de MontagnesMag à la grande époque


Je sais ce que nous allons y trouver, classique en cette saison.
Un bas un poil dénudé, puis un replat moquette, et rapidement de la poudre fraîche à la faveur de l'orientation plein nord. Bingo!


Plus on monte, plus tout cela se vérifie.
Le ski de printemps en nord est aussi bon que le ski de décembre en sud : de la poudre et du soleil.
A la différence près des fonds de vallée qui pètent du vert des nouvelles pousses.


Le petit ressaut permettant de rejoidnre le glacier sommital est plus rempli que dans mes souvenirs.
A la descente, il passe presque intégralement a ski pour qui accepte un petit saut / affutage gratuit.


Du haut du Bec, clin d'oeil à la Belle en majesté.
Pas de traces par là haut.


 le ciel se voile peu à peu, comme annoncé.On plonge donc vers le bas, avec 1600m. de descente qui nous attendent.


Du tout bon, du très bon dans cette poudre restée froide.


Pourquoi se priver?
replat du bas : la transition sur la moquette à poils long est immédiate, et une langue de neige en rive droite du ressaut du bas nous ramène à bon port.



45 mn de portage à la montée, 10 mn de portage à la descente, tout le reste en bon ski...
Parfois ça vaut le coup de mettre le réveil.

Aucun commentaire: