samedi 22 mars 2014

Un anticyclone en quatre temps


Comme tout le monde, je l'attendais sans plus y croire, ou presque plus. 
Puis il est arrivé, providentiel et bienvenu.
L'anticyclone.

En quatre temps.

Temps 1 : le ski pur



Journée volée, journée rêvée. La neige s'arrête à la mi journée.
Le lendemain matin je m'octroie un jour, improvisé. Pas le temps de réfléchir, pas l'envie non plus.
Je pars tricoter l'une de mes valeurs sures en Beaufortain.
Le pyjamas sont à bloc : dans 15j. l'épreuve reine.



Moi je suis à bloc aussi :o)


Petit plaisir solitaire. Je m'en vais défleurer cette combe vierge.
1800m. au compteur en 3 étapes. Montées au sud, descentes au nord.
Tout bon. Fin du temps 1.

Temps 2 : le ski où l'on grimpe



Pour une classique de chez classique que quasi tout grenoblois a sous les yeux depuis le bureau.
Une ouest de la Grand Lance de Domène.
Jamais faite celle-là; tiens donc, Lio et Cyrille sont dans les starting blocs.



La cohue de Freydiere, que je n'avais plus fréquentée depuis des années, est vite oubliée dans ce grand versant ouest.
Le soleil aussi.


Skis sur le sac, c'est parti pour la section banzaï.


Passage de la célèbre chatière, que chacun négociera a sa façon au retour.


Lio à 2 mètres du soleil.


Et puis c'est parti pour la pente.
La section la pus banzaï de la descente, un poil pauvre en neige.
Cyrille négocie ça de carre de maître.


La suite est plus conventionnelle.


Avant la chatière, les courbes s'allongent.
Tout comme après la chatière : pleine balle et soleil jusqu'au verrou du lac de la sitre


Et puis nous remontons paisiblement en direction du col du loup.
Fin du temps 2.


Temps 3 : la grimpe où l'on skie.


Allez, valeur sûre par cette chaleur hivernale.
Vive Gramusset!!!


La partie droite pisse encore un peu, par contre a gauche ça chauffe déjà.


Ce jour nous ne serons pas seuls. Tout le monde se régale et chauffe en t-shirt.


Allez, histoire de valider que l'on ne sait quasi plus grimper, nous partons crisper les arpions dans la Rampe à Gaston.


Ah pour crisper, ça crispe.
C'est pas le tout de faire le mariole dans les blocs d'EV : ici c'est de la vraie escalade!
Allez, fin du temps 3.

Temps 4 : la grimpe pure


Vive Presles en hiver!
Gramusset c'était l'échauffe. Ici on se met dans le rouge.


"Piri" pour une première, ça cogne un peu.
Un diedre an 7a/b nous remet d'aplomb.



De belles longueurs, du beau caillou.
Pas de doute : cette activité là est bonne aussi.


15 jours complets.
Il manquait sans doute une petite virée en montagne avec les pioches en mains, mais on ne peut pas tout faire.

Ces 4 temps là étaient parfaits.
ça devait être une chauffe pour d'autres projets ficelés depuis longtemps, mais l'hiver qui revient en décide autrement. Bien dommage.
Pour moi le printemps est quasi terminé, avec un petit repos forcé qui s'annonce pour un mois d'avril on ne peut plus rempli...

Aucun commentaire: