jeudi 12 avril 2012

Une histoire de cordes

Et si nous declinions la corde sous d'autres acceptions que celle ou nous sommes ici habitues?
Mieux : et si, hic et nunc, nous nous regalions de cordes en tout genre...?
Unite de lieu, unite de temps et quasi unite d'action. Serions-nous au theatre?

En maitre des lieux : Ezio le magicien. Celui qui reussi a faire d'un village du bout du monde un havre de bonheur, et qui malicieusement provoque le grimpeur et le pousse dans ses derniers retranchements : "tu viens a Presles soigner tes nevroses?"

Concert de Jazz, comme souvent. Sauf qu'ici, le lieu si improbable procure un sentiment de bonheur decale inegalable.


Merci Ezio de donner tant pour faire de ce lieu ce qu'il est aujourd'hui. Si le mot "convivial" devait trouver un point d'accroche, ce serait peut etre ici.


Le HoneyJungle trio le sait. J'ose croire qu'il ne joue pas ici completement par hasard. Contrebasse. Corde.
Rappel. On en veut encore.


Va pour le rappel. 2X50m suffiront. Calcaire. Temperature ideale. Soleil sans vent.
Une improvisation, c'est si bon.

Oxus? le nom d'une maladie? "Ah la vache, j'ai attrappe un Oxus!"
Le nom d'une classique. On passe souvent aux pieds en se disant qu'un jour il faudra aller y faire un tour : rocher rouge et raide. De superbes  longueurs. Une autre maniere de jouer de la corde.

Et puis si vous ne grimpez pas, vous pourrez toujours aller ecouter les autres cordes, la haut, 200 metres au dessus.

Aucun commentaire: