lundi 4 juillet 2011

Ouverture aux Perrons

Apres la decouverte de l'anne derniere, il fallait que je retourne, tant pour aider que pour comprendre. Grimper avec Michel Piola constitue un drole de voyage, en terre inconnue dans un terrain connu. La j'ai tout a apprendre et c'est bon d'etre debutant.

Le boss a une idee en tete et rien n'est plus dangereux qu'un boss avec une idee en tete. Retour dans les Aiguilles Rouges, aux Perrons.


Une magnifique muraille de gneiss rouge nous attend, nous faisant presque oublier que nous ne sommes pas sur le granite d'en face. Mur raide a reglettes, une escalade que j'adore. Ca va grimper, c'est sur. Et je vais enfin lever le mystere de l'ouverture en voie difficile.


Avec Michel, ouverture ne rime pas avec nombrilisme. Ici, on travaille avant tout pour les autres, ceux qui demain grimperont cette voie : aimeront-ils ce pas, seront-ils bien positionnes pour clipper, une chutte serait elle mauvaise, le rocher est-il fiable?... Une attention de tous les instants qui confere aux voies Piola cette saveur reconnue.



Superbe escalade, superbes longueurs : un tour de chauffe dans le 6a+, puis c'est parti pour 4 longueurs entre 6c et 7a+ dans le grand mur rouge. La voie n'est pas terminee, il reste de quoi s'occupper encore quelques longueurs si ca veut bien passer, mais je ne doute pas que ca va faire, hein patron?!


5 longueurs en deux jours, je ne saurais pas dire si c'est "assez" ou pas. Le boss avait l'air content, c'est que ca doit l'etre. Et puis oui, c'est assez pour se prendre au jeu, et je m'y suis pris : gratter ici, imaginer la, nettoyer, percer. J'ai pu admirer la dexterite de Michel dans son terrain de jeu et croyez moi, c'est tout un art qu'il maitrise a la perfection.


Je me serais presque lance dans le grand bain, mais la le niveau etait trop costaud pour se balancer perfo aux fesses, ou alors j'aurais appele ma mere au secours ;o) En second c'etait parfait, et puis meme en second il y a quand meme un peu de boulot...

Mais alors me direz vous, il ne reste plus qu'a se lancer? ca tombe bien j'ai pris une belle photo cet hiver, d'un beau pilier de granite fauve qui semble tendre ses fissures a des ouvreurs potentiels... Et mince, j'en connais un qui le perfo qui trepigne -le kayak ca va un temps, hein Eric?- . Il va falloir y aller alors, s'essayer a la grande aventure ;o)


Celle-ci etait bien belle en tous cas, merci Michel. Et puis maintenant, guettez la sortie prochaine du tome 2 du topo Aiguilles Rouges, parceque l'escalade la haut y est superbe, parceque j'en connais un qui travaille comme un fou pour la communaute, et qu'il faut le remercier. Vivat!

1 commentaire:

Nico a dit…

Bonjour,
A ce propos, Michel prévoit de ré équiper qq voies qu'il a ouverte à la blaitière?
Un grand merci à lui pour tout ce travail.
Nico