lundi 3 janvier 2011

Au frais pendant 4 jours

D'un cote une neige miserable, de l'autre des pioches et des broches qui piaffent... Que faire?

Suivre l'envie et grimper! Je desesperais de planter une broche avant 2011, j'ai desormais comble cette lacune.

Le rituel pendant 4 jours est le meme : 5mn. de soleil matinal, le temps de quitter la voiture. Et puis rapidement, on bascule dans l'ombre et le froid et on en ressort quand le crepuscule gagne. Bref : pour le bronzage on repassera. Pour la grimpe par contre, c'est tout bon.

 
 La piece se jouera en 4 actes.

Acte 1 dans le Devoluy. Loin des foules (ou presque : n'est ce pas ChiChi?), une belle escalade pour lancer les hostilites. La cascade de la Pouilla (III, 4+ a 5, 250m.) est parfaite : bonne glace, parfois fine, pas de neige dans les immenses entonnoirs qui la surplombent (condition sine qua non, mefiance!!!), approche et retours champetres...

Voici donc une bien jolie cascade, a deguster sans moderation aux vues des conditions actuelles. Quelques infos visuelles sur les conditions alentours : La Pouilla branche de gauche passe aussi, les Roulettes blanches (gauche et droite) semblaient encore fines et couler, les cascades du Glaizil semblent partiellement grimpables. Plus au sud nous n'avons malheureusement rien vu a cause de la nuit.                                                                                
 L'acte 2 se  joue au Fournel pour, apres quelques aternoiements, gravir Hiroshima (III/5, 150m.), classique de la vallee. Qui dit classique dit parcourue, et donc du 5 dans ces conditions la, ca passe plutot bien car la glace est tres travaillee. La glace c'est comme la pente en ski : un 40 degres en beton arme est souvent plus difficile a negocier qu'un 50 degres en poudre...
  
  Ailleurs dans la vallee ce que nous avons vu est plutot pauvre. En face sud les lignes sont inexistantes, et tout juste a t on vu que "La vision de Marco" est aussi formee, sans etre enorme.

En ce qui concerne Hiroshima, il faudra etre prudent car le dernier cigare est quasi decolle du rocher en sortie de L3. Le redoux annonce ne va pas faire de bien a la structure.

Acte 3 a Freyssiniere, ou apres un petit tour du proprietaire nous jetons notre devolu sur "le torrent de Gramusat" (IV/4, 250m.). A dire vrai c'est bien la seule ligne a laquelle nous puissions pretendre, ou presque. A Freyssiniere, on est pas loin du domaine de la science fiction a la mode surgeles Piccard... Ici, toutes les lignes ou presque affichent du "M blabla"  quand ce n'est pas en plus un peu de "A blabla". Ca donne par exemple, pour "les racines du ciel": VI/6+/6b/A2... tout un programme. On se demande alors si on ne devrait pas se mettre au tricot.

 Dans notre modeste 4 nous nous faisons neenmoins bien plaisir. Solitude et ambiance garantie dans ce valon sauvage. Cette cascade oscille entre goulotte de montagne et longueurs de pure cascade. Sur le haut, la cascade donne acces a un cirque avec a nouveau deux beaux rideaux a gravir, ce qui une fois fait donne a l'ensemble une longueur certaine, que j'evalue a 300 bons metres.
Ailleurs dans le vallon : pour les faces sud il faut oublier. Pour les faces nord, tout ceci est bien pauvre avec sans doute quelques lignes grimpables comme "la directe de l'arc de cercle", "fracastorus" ou "la cascade des viollins". A Gramusat, la fabuleuse "Geronimo" ne passe pas et les autres lignes sont trop mutantes pour que mon avis ait une quelconque valeur...

L'acte 4 se joue dans le vallon d'Entre les Aygues, ou nous gravissons "Moby Dick" (IV/4+, 400m.).

Ici les conditions des cascades de la basse vallee semblent plutot bonnes, puisque meme "Gros lard" est formee ce qui ne semble pas si courant que ca. " La dame aux clebs" est egalement formee, "Sardine" ne l'est pas.

Au-dela, nous ne sommes pas alles mais tout ce que nous avons vu semblait bien prometteur.

Voilou voilou : en synthese les conditions ici ou la ne me semblent quand meme pas delirantes pour un debut janvier, on sent que ca manque ici de grand froid. Et le n-ieme redoux qui se profile en fin de semaine ne va pas arranger la situation. Dommage dommage...

Restera quand meme de quoi se mettre quelques broches sous la main, il suffira de savoir chercher un peu.

Et puis, comme la glace ne saurait etre bonne qu'entrecoupee de pauses salvatrices, je ne peux que vous conseiller cette bonne adresse a Saint Crepin, camp de base possible pour les escapades decrites ci-dessus. Superbe cuisine, cadre non moins chaleureux, de quoi recharger les accus entre deux journees passees dans les frigos alentours. Franchement, en plein hiver, on est quand meme mieux au coin du feu a deguster du bon vin que recroquevilles a l'arriere d'un break a casser la glace pour preparer la Mousline non?

Affutez vos lames et allez jouer dehors... Bonne grimpe!

1 commentaire:

Anonyme a dit…

pour info les goulottes du massif du mt blanc sont très bien formées pour le coup, elles ont bénéficié du redoux. Fait la modica semaine dernière, super, et le supercouloir parait TB de visu.
BG