dimanche 15 juillet 2007

Le 5ème Dôme

Pour qui connaît l'Oisans, cette vue ne laisse pas indifférent... Le Dôme de Neige de Ecrins, versant ouest. Une large face de 1000 mètres de haut, perdue au fond d'une interminable moraine.

Trop de neige dans le Mt Blanc, trop de monde dans les classiques, trop envie d'une "grande course", trois bonnes raisons de venir ici. Objectif du week end : la voie du pilier central de gauche, puis sortie par celle du pilier de droite... cotation TD+, ou Jm Cambon prévient que le bivouac en route risque d'être de mise.



Un bivouac 4 étoiles au fond du vallon de Bonne Pierre, nous sommes décidément bien seuls au monde. N'est on pourtant pas en "pleine saison", nantis d'une stabilité météo que nous n'avons pas encore eu cette année? Mais où sont ils tous ?....

Nuit courte, repos forcé pour des corps qui demain seront mis à rude épreuve.






6hOO, nous commençons à grimper. Choix délibéré de ne pas attaquer trop tôt, pas avant le jour. Le pied du pilier est un déversoir géant, recevant manifestement régulièrement des projectiles lancés 1000 mètres plus haut.















Nous rejoignons les goulottes mixtes médianes. L'ambiance se fait de plus en plus austère au fur et à mesure que nous nous élevons. Nous savons tous les deux qu'à partir de là, plus de retraite possible, la sortie, c'est en haut... Plus que 600 mètres. Vas-y Jeannot!

Vers le haut, vers le bas, des perspectives fuyantes. Pas de doute y'a de l'ambiance!


Enfin ! Après quelques longueurs en mixte pas franchement reposantes, nous rejoignons le soleil sur le fil du pilier, sous la tour grise.

Déjà 6h00 d'effort... Une courte pause syndicale sera de rigueur.
Au dessus, l'escalade reprend. Nous choisissons de continuer par le pilier de droite plutôt que de rejoindre la sortie de la Mayer Dibona. Plus direct. Plus dur aussi. Le rocher est globalement assez pourri, il rend la progression lente et assez éprouvante.




Difficile d'avancer rapidement dans ce type de terrain sans risquer de tout faire partir. Le premier grimpe précautionneusement, pose quelques protections ça et là, suivi par le second jusqu'à ce que le premier soit "à sec". Alors le second le rejoint, chargé de matos, puis repart devant.


Quelques longueurs sont assez soutenues, du bon "5 sup montagne"qui tire volontier le sac a dos en arrière... les bras et les pieds chauffent, et l'altitude se fait progressivement sentir.


Privilège de ces hauts piliers, belvédères uniques, nous admirons sous un profil nouveau des sommets que nous croyons redécouvrir : ici, devant les Rouies, le pilier du Flambeau des Ecrins.



Encore du rocher, toujours du rocher... Fatigués, mais l'énergie revient au fur et à mesure que nous sentons le sommet se rapprocher. Une dernière section de mixte où nous remettrons les crampons, et c'est enfin la joie de la cîme.



20h00... Seuls sur le Dôme de Neige des Ecrins. Pour moi c'est la 5ème fois, mais celle-ci vaut toutes les autres. Après 14 heures d'escalade, nous pouvons savourer quelques instants ce sommet mérité.

Bien plus qu'une longue et difficile course, qu'une croix dans un topo...

Une simple histoire d'amitié.






1 commentaire:

Carine a dit…

MA-GNI-FIQUE !!!